• un Pilote de l'US Air Force - Le Capitaine Thomas Mantell

    7 janvier 1948 - Etats-Unis, Louisville, Kentucky.

    Ce jour-là, le Capitaine Thomas Mantell perdit la vie en essayant de poursuivre un Ovni, c’est le premier accident enregistré directement connecté avec une poursuite d’Ovni.

    Des rapports de citoyens privés ont été faits à la Patrouille d’Autoroute de l’État du Kentucky décrivant un objet volant étrange, en forme de soucoupe, de 60 à 90m de diamètre.

    Plusieurs autres témoins l’ont aussi vu, y compris le commandant de la base, à la tour de contrôle de la Godmann Air Force Base, à l’extérieur de Louisville.

    Des explications officielles ont conclu qu’il poursuivait la planète Vénus dans le ciel brillant de l’après-midi ou un ballon secret de la Marine.

    Thomas Francis Mantell Junior naît à Franklin (Kentucky) le 30 juin 1922. Il fait ses études au lycée de garçon de Louisville, après quoi il entre rapidement dans l'AAF le 16 juin 1942, et sort diplômé de l'Ecole d'Aviation le jour de ses 21 ans, le 30 juin 1943.

    Pendant la 2nde guerre mondiale, il est affecté à 440èmeGroupe de Transport de Troupes, dans le 96ème Escadron de Transport de la 9ème Air Force. Il participe à l'invasion de la Normandie par les forces alliées (il reçoit la Croix de Distinction en Vol et la Médaille de l'Air w/3OLCs pour héroisme) et à de nombreuses autres opérations européennes durant la guerre.

    Après avoir quitté le service actif en janvier 1947, il revient à Louisville et rejoint la Garde Nationale Aérienne du Kentucky, toute nouvellement réorganisée. Le capitaine Mantell y est chef de vol "C" dans le 165ème escadron de chasseurs le 16 février 1947.

    Le 7 janvier 1948, un objet énorme, rond et lumineux est aperçu en début d'après-midi au-dessus de Madisonville (Kentucky) par des dizaines de témoins. Les autorités, inquiètes de cette présence dans les environs de Fort Knox (la réserve d'or des Etats-Unis), donnent l'alarme à 13h30.

    A 13h45, l'objet est signalé à la verticale de la base aérienne de Godmann, à quelques km du but supposé. Pourtant, une fois au-dessus des pistes, il s'arrête : tous les militaires le voient osciller lentement en passant régulièrement du rouge au blanc.

    Pendant ce temps Mantell est à la tête d'un convoi de 4 P-51D Mustangs parti de Marietta (Georgie) pour la base de Standiford (Kentucky).

    Entre 14h50 et 14h55, l'escadrille de Mantell est à gauche de l'événement. Alors qu'ils s'approchent de Godmann Field, Mantell bascule sur le canal "B" pour contacter la base de Standiford, mais est repéré par la tour voisine de Godmann.

    Le colonel Guy F. Hix, commandant de la base, a décidé de contacter les pilotes, et le sergent Quinton Blackwell, opérateur de la tour, contacte la formation :
    Blackwell : "Tour de Godmann appelant le vol de 4 vaisseaux en direction du Nord au-dessus du terrain de Godmann. Vous me recevez ? A vous. (Pause) Tour de Godmann appelant le vol de 4 vaisseaux en direction du Nord au-dessus du terrain de Godmann. Vous me recevez ? A vous."

    - "Roger, tour de Godmann. Ici la Garde Nationale 869, chef de vol de la formation. A vous."

    Blackwell : "Garde Nationale 869 depuis la tour de Godmann. Nous avons un objet ici au Sud de Godmann que nous ne pouvons pas identifier, et nous voudrions savoir si vous avez assez de carburant ; et si vous pourriez donc aller voir pour nous si vous le voulez bien."

    - "Roger, j'ai le carburant et je vais aller regarder pour vous si vous me donner la bonne direction et toute information que vous avez pour localiser l'objet."

    Un des aviateurs de Mantell, le lieutenant Bob Hendricks, remarque que Mantell est en train de parler, et bascule alors du canal "C" (sur lequel l'escadron était) au canal "B" pour entendre la tour dire "Venez au-dessus du terrain en direction 330° et nous essaierons de vous guider."

    - "Reçu, je vous appelerait quand je l'authentifierai", répond Mantell.

    Bob Hendricks, pressé d'arriver à Standiford, demande à Mantell s'il peut partir, ce à quoi l'autorise Mantell. Il est alors 14h55 (14h40 d'après l'heure de Hendricks, apparemment en retard) quand Hendricks décroche.

    Mantell entâme une spirale sur sa droite et faire une ascension à grande puissance à 180 ISP, revenant sur sa route. Le lieutenant Al Clements et son copilote le lieutenant Hammond doivent monter la puissance jusqu'à 2700 tours/mn juste pour rester à niveau, bien que ne sachant pas de quoi il s'agit. Il atteignent 14000 pieds lorsque Mantell sort de sa spirale et prend une direction Sud-Ouest de 220°, maintenant la puissance d'ascension.

    Mantell signale à Godmann :
    - "Je suis à 15000 pieds. J'ai l'objet en vue au-dessus et devant moi, et il semble se déplacer à environ la moitié de ma vitesse ou approximativement 180 miles/h. Je monte jusqu'aux 20000."

    - "Pouvez-vous, euh, nous donner une description de l'objet ? A vous."

    La tour de Godmann capte cette dernière communication, enregistrée à 15h15 : "Juste devant moi et légèrement au-dessus, et se déplace maintenant à ma vitesse environ ou plus. J'essaie de me rapprocher pour avoir une meilleure vision."

    A 22500 pieds Clements dit à Mantell qu'ils sont trop haut. Son copilote commence déjà à être étourdi. A 23000 pieds Clements rappelle Mantell pour lui dire que lui et Hammond décrochent. La réponse de Mantell n'est pas déchiffrable. La dernière vision de Clements est Mantell en train de monter à haute puissance directement vers le Soleil.

    A terre, le colonel Hix suit l'incroyable ascension à la jumelle. Il voit l'ovni. Il a la forme d'un parapluie. Sa taille apparente atteint celle de la moitié de la Lune. Il est complètement blanc, sauf une bande colorée qui semble tourner. A la tour de contrôle, la radio grésille encore : c'est Clements qui annonce que l'objet vient de disparaître dans les nuages après une accélération effarante. Il arrêtent la poursuite, sauf Mantell qui n'est pas encore à 6000m.

    Un homme au sol, Glenn T. Mayes, est attiré à sa fenêtre par les bruits alternés bizarres d'un moteur d'avion. Selon ce dernier, l'avion de Mantell fait 3 cercles lents, puis part dans une chute de puissance, tournant lentement. Il explose à la mi-chemin du sol. La même histoire est aussi relatée par Mrs. Carey Phillips, qui le vit de sa fenêtre s'écraser à 250 yards de sa ferme, à quelques miles au Sud-Ouest de Franklin.

    La police encadre le périmètre et l'employée de la morgue du comté, Harry Booker, examine le corps de Mantell. Il note que la montre au poignet de Mantell s'est arrêtée à 15h18.

    La mort de Mantell soulève un émoi considérable dans tous les Etats-Unis. C'est en outre le 1er crash de la Garde Nationale Aérienne du Kentucky.

    Le capitaine Richard Tyler, chargé de l'enquête et meilleur ami de Mantell, décolle à 17h30 dans un C-47 depuis Standiford pour Franklin, avec une équipe de mécaniciens et spécialistes entraînés.

    L'appareil de Mantell est trouvé configuré pour une ascension maximale. Le verrou de son habitacle est toujours en place.

    Tyler conclut dans un rapport préliminaire :
        "Mon opinion personnelle sur l'accident est que Mantell, un pilote aggressif, a tenté de poursuivre l'objet aussi longtemps que possible, même s'il a réalisé le danger de son manque d'oxgène. A environ 25000 pieds je pense qu'il est mort d'anoxie et que l'avion a continué à monter jusqu'à près de 30000 pieds où il a fait 3 lents cercles et est tombé en perte de puissance, tournant lentement sur la gauche avec le couple moteur. Je pense qu'il a atteint la compressablilté à environ 15000 pieds et que l'aile gauche à explosé, des parties commençant à tomber sur près de 1 mile dans une direction Nord-Sud, éparpillant les morceaux les plus légers le plus loin. Je pense que le pilote est mort d'anoxie lorsqu'il a commencé à redescendre. Lorsque l'aile gauche est partie l'aile droite a commencé à agir comme un aileron ou un gouvernail pour le fuselage et a guidé celui-ci vers le bas, parallèlement au sol.

        ...J'étais l'ami le plus proche de Mantell ...Son intérêt pour le vol ne pourrait être dépassé. Il adorait le P-51, pensait en être le maître et volait... pas imprudemment mais comme un pilote de chasse agressif. Je pense réellement que s'il a pensé avoir une chance de rattraper l'objet il l'a probablement poursuivit conscient de sa mort. Je pense qu'il a vu quelque chose de plus qu'une étoile ou un ballon... et il était d'une intelligence au-dessus de la moyenne. Il connaissait l'avion et les dangers de l'anoxie. Si une force extérieure n'a pas causé sa mort, je pense qu'il est mort trop rapidement pour changer sa ligne de vol."

    Le Caporal James Hudson, opérateur de tour de contrôle en poste sur la base aérienne au moment du drame et témoin a déclaré :
    "Ce qui suit est mon opinion - L'objet n'était pas une comète ou une étoile, mais était fait de la main de l'homme. Ce n'était pas un ballon, une comète, une étoile, ou un appareil d'un type quelconque. La lumière ne venait pas des feux de position d'un appareil. L'objet paraissait dans son ensemble entouré d'un gaz brûlant ou de quelque chose qui lui donnait une lumière."

    retour