• un journaliste américain - Joseph L. Ferriere

    Joseph L. Ferriere était éditeur d'un magazine sur les Ovnis.

    Lorsqu'en juin 1967 il entend parler de signalements d'une gigantesque barre d'argent lumineuse pratiquement chaque jour dans la région de Cumberland (Rhode Island - USA), il décide, comme à son habitude, de se rendre sur place pour enquêter.

    Arrivé en ville, il visite le journal local, à la recherche de témoignages, traces et autres signes de l'apparition.

    3 jours plus tard, le 3 juillet, il quitte Woonsocket pour Cumberland.

    Muni de son appareil photo, il commence à marcher. Il sait que de nombreux Ovnis ont été vus à côté de câbles électriques et décide de suivre le cheminement des lignes hautes tension. Egalement, aux environs, se trouve un marécage.

    Vers 19h15, alors qu'il concentre son attention sur le sol, à la recherche de traces d'atterrissage, il recule, stupéfait : Là devant lui, se trouve une "barre d'argent illuminée". Elle est suspendue dans le ciel, parallèle au sol : "Je ne l'avais pas entendue arriver, pas plus que je n'entendis de bruit tout le temps que je la contemplais. Une aura magnifique !"

    L'Ovni commence à bouger très lentement. Il commença à s'incliner sur le côté et à se diriger vers la direction opposée. On aurait dit un bateau malmené par les eaux.

    Ferriere pense alors que la "barre d'argent brillante" doit bien faire dans les 200 pieds de long. Il commence à réaliser ce qu'il a vraiment devant lui et commence à prendre des photos. Après le second cliché, il observe avec étonnement l'ouverture d'une sorte de trappe sur la partie inférieure de ce "cigare volant". Soudain, quelque chose de forme sphérique en est "expulsé" de l'intérieur : "J'hésitais... Quel objet devais-je suivre et photographier ? Le petit avait commencé à s'éloigner."

    Ferriere prend alors 2 autres clichés du "vaisseau mère" avant qu'il change de position : "Une aura stupéfiante, qui n'émettait aucun bruit. La seule chose que j'ai observé est qu'une de ses extrémités semblait "palpiter". Elle "entrait et sortait" lentement... Je ne saurais pas l'expliquer. C'était comme un piston..."

    Une fois en situation verticale, l'Ovni commence à s'élever vers le ciel, disparaissant en quelques secondes. Au départ du grand "cigare", Ferriere focalise son attention sur l'objet qui en est sorti : "Il avait une forme typique: comme une assiette avec une coupole sur la partie supérieure."

    Ferriere prend encore 2 autres photographies avant que le petit Ovni parte dans la même direction que le "cigare volant".



    L'observation a duré 3 à 4 mn. Un peu plus calme, Ferreire revoit son évaluation de longueur : "peut-être juste un peu plus de 150 pieds (50 m) de long. Le petit objet, lui, devait faire dans les 15 pieds (5 m) de diamètre."

    Il ajoute : "J'ai aussi observé 4 lumières tout le long du flanc du grand "cigare", mais je ne pense pas qu'il s'agissait de fenêtres. On aurait plutôt dit des lueurs translucides, venant de l'intérieur de l'objet. (...) Une chose qui m'a fait grande impression est qu'une machine aussi énorme ne fasse aucun bruit. Elle était totalement silencieuse. Pas même lorsqu'elle changea de position et se plaça perpendiculaire au sol je n'entendis de bruit de moteur. Je ne le comprends pas."

    Enquêtes

    Divers enquêteurs considèrent Ferriere comme étant de bonne foi.

    August C. Roberts, défend son honnêté envers et contre tout, considérant qu'il a toujours été une personne sincère et noble.

    Jusqu'à aujourd'hui, le document n'a pas été démontré frauduleux. Des témoins de la "barre d'argent lumineux" disent avoir reconnu leur observation dans la photo de Ferriere.

    D'autres remarqueront que, parallèlement au témoignage de Ferriere d'une "aura magnifique", les photos montrent un objet remarquable par sa capacité à absorber la lumière, presque complètement non-réfléchissant.

    retour