• un Cdt. Adjoint de l'US Air Force, Jerome Nelson

    Il témoigne le 27 mars 2010, lors d'une conférence au National Press Club :

    Bonjour, mon nom est Jérôme Nelson.

    De 1962 à 1965, j'étais Commandant Adjoint ICBM Atlas-F d'équipe de missile de combat, assigné au 579è Escadron de missiles stratégiques à Roswell, au Nouveau-Mexique.

    Au cours de l'hiver 1963 à 1964, alors que j'étais de garde au centre de contrôle de lancement sur le Site Atlas 9, à l'ouest de Roswell, mon garde de sécurité de surface m'a appelé au téléphone pour signaler une lumière vive - c'est-à-dire, un objet rond complètement illuminé - qui planait silencieusement au-dessus du silo de missile et projetait une lumière dessus.

    Je sentais bien qu'il était sérieux et sa voix trahissait sa frayeur. Après peut-être cinq minutes, l'objet a quitté les parages. Encore avant qu'il ne soit parti, j'ai appelé le poste de commandement de base à la Base de l'US Air Force de Walker et j'ai rapporté l'incident.

    Je m'inquiétais que l'objet puisse d'une façon ou d'une autre saboter le missile.

    J'ai été surpris de la réponse que j'ai reçue. On m'a dit que le poste de commandement prendrait l'excursion non autorisée en considération. Je n'ai jamais été débriefé par mon commandant ou par qui que ce soit d'autre, ce que j'ai trouvé tout à fait étonnant et contrariant.

    Au cours du mois suivant ou peu après, ce type d'incidents s'est encore produit plusieurs fois alors que j'étais en service au Site 9.

    J'estimerais leur nombre total à plus de trois mais moins de dix.

    A chaque fois, j'appelais le poste de commandement, mais à chaque fois mon rapport était accueilli avec la même indifférence apparente. Lors de chacun de ces incidents, notre témoin, le garde, appelait le centre de contrôle de lancement et signalait l'Ovni.

    Plusieurs gardes ont été impliqués au fil du temps et tous étaient manifestement effrayés par l'objet qui planait au-dessus du site. Leurs voix tremblaient nettement. Du fait de mes responsabilités au centre de contrôle de lancement, je ne pouvais pas monter en surface et observer les objets moi-même.

    C'est seulement des décennies plus tard que j'ai appris qu'au moins un technicien de la base de missile, Bob Kaplan, avait reçu l'ordre de faire un rapport au Bureau d'Enquêtes Spéciales de la base et de rédiger un rapport sur l'incident similaire dont il avait été témoin au Site 9 durant cette période.

    A l'époque, cette suite nous a été dissimulée à mon Commandant de missile et à moi-même. Je ne sais pas si quelqu'un d'autre a été interrogé par l'OSI, mais moi je ne l'ai pas été.

    retour