• Juillet 1996 - Canada - un Pilote de Piper

    Une sphère métallique déconcerte un Pilote/Officier de police.

    Secteur : Amérique du Nord - Côte Est du Canada

    Un pilote privé raconte ce qui lui est arrivé en juillet 1996, alors qu'il était aux commandes de son Piper Cherokee PA-28 140 au départ de Waterville en Nouvelle-Écosse, à destination de son propre terrain privé, à Charlottetown, sur Prince Edward Island, distant de 180kms.

    Ce pilote était également Officier de police depuis 20 ans. Ce jour là il ramenait son avion à son aéroport privé après avoir réalisé sa révision annuelle. Son beau-père était sur le siège de droite et son fils dormait sur la banquette arrière.

    Ils volaient à 1000 mètres d'altitude, le ciel était complètement dégagé et offrait une vue illimitée (CAVU : ciel clair visibilité illimitée).

    Figure 1. Piper Cherokee PA 28 140

    Ils traversaient le cap Blomidon (Voir Carte aéronautique, figure 2 ci-après) et étaient sur le point d'atteindre le Minas Bassin. C'est son beau-père qui repéra en premier l'anomalie. Il fit remarquer au pilote une sphère chromée et colorée située à onze heures de leur position dont il estima le diamètre à environ 18 mètres, à environ 3kms la distance et se déplaçant à la même vitesse que leur avion.

    Le beau-père avait repéré la sphère dans le V formé par la courbe du tableau de bord et le cadre de la fenêtre du Cherokee. Le pilote estima que l'objet se situait environ 150 mètres plus bas que son appareil et décida de descendre à sa hauteur. Il paraissait tellement poli qu'il pouvait voir le Cap Blomidon se reflèter dessus.

    L'Ovni se trouvait entre eux et le sol qui formait de basses collines d'environ 300 mètres et situées à environ 8 kms sur leur gauche. C'est par pur hasard que le beau-père avait repéré la "chose" à travers le V.

    Figure 2. La ligne rouge désigne le plan de vol du Piper Cherokee. Deux traits : l'avion. Un trait rouge : l'objet.  La ligne bleu décrit la trajectoire de l'Ovni au dessus de Springhill. Les flèches indiquent les directions de vols.

    Le Pilote n'a jamais souhaité faire de rapport officiel.

    Le seul effet de cette rencontre concerne le pilote lui-même. Autant il ne voulait pas savoir ce que pouvait être cette «chose», autant il ne put s'empêcher de tourner dans sa direction.

    Dès que l'avion commença à tourner, l'Ovni se propulsa quasi-instantanément et a atteint une nouvelle position située à environ 37kms au Nord-Est de Springhill, position où il sembla s'immobiliser, comme un point brillant qui planait.

    Le suivre aurait rapproché le pilote un peu plus près de Springhill que prévu sur son plan de vol, mais au bout de quelques instants, l'objet a tout simplement disparu.

    En ce qui concerne l'effet sur le pilote, il a dit avoir ressenti de l'effroi. Lorsqu'on lui demande d'expliquer ce qu'il veut dire par là : "J'ai eu une sensation de malaise quand j'ai vu la chose. J'ai tout de suite su que ce n'était ni naturel ni fait par l'homme". Il dit aussi avoir eu la sensation d'être observé et que l'intégralité de son système de croyance en avait été transformé en l'espace de quelques secondes.

    L'une des pires situations qu'un agent de police peut rencontrer est une violente dispute domestique. "Le sentiment que j'ai eu ce jour-là était pire que de me retrouver dans une de ces situations." Il a contacté par radio la tour d'Halifax située à environ 65 kms et on lui a répondu qu'ils recevaient le signal de son transpondeur (1200) mais qu'ils ne captaient rien d'autre autour de lui, localement.

    Comme indiqué, dans ce cas, le pilote a été perturbé par ce qu'il a observé. Comme d'autres pilotes, il n'a jamais oublié l'incident. Non seulement l'observation l'a perturbé, mais il a subit un autre effet aussi. Il a été tellement affecté par l'incident que sa concentration a singulièrement faiblit pendant le reste du vol. Il repassait constamment le film de sa "rencontre" dans sa tête.

    Le fait qu'un pilote soit déconcentré de son pilotage au cours d'un vol en avion est un effet très négatif sur ses capacités à faire face à toute situation qui pourrait survenir et menacer la sécurité de ses passagers et le contrôle de l'avion.

    Les sphères argentées ne sont pas courantes dans les rapports d'observation d'Ovnis. Dans le cas de ce Pilote Officier de police, il est intéressant de noter qu'il a eu une réaction physique d'effroi et de dégoût (probablement déclenchée par un facteur psychologique).

    L'objet "chromé" de 18 mètres de diamètre était sous l'horizon, le sol se reflétait dessus et lorsque le Pilote a commencé à se diriger vers lui, l'objet s'est déplacé de 37kms dans l'espace en quelques secondes.

    On peut seulement en conclure que quoi que cet objet ait été, il n'existe pas d'avions construits par l'homme qui ont cette apparence et qui sont capables d'une telle vitesse.

    Dans le cas présent, le pilote a probablement subi un bouleversement de paradigme provoqué par l'aspect de l'objet, aspect qui a causé chez lui un effet psychologique plutôt qu'un effet physiologique consécutif à la seule présence et au simple aspect de l'objet.

    Bien que l'on connaisse d'autres cas d'Ovnis décrits comme ayant une surface "chromée", ils ne représentent pas un grand pourcentage de tous les cas d'Ovnis.

    Ce type de cas, par son déroulement et par ses effets sur le(s) pilote(s), implique des enjeux en termes de sécurité aérienne et doit être pleinement exploré. A chaque fois qu'un incident met en péril la sécurité aérienne, il est nécessaire de le prendre très au sérieux.

    Il reste encore à la science à expliquer de tels cas.

    retour