• Bernard Haisch au sujet des observations aux telescopes

    Bernard Haisch est titulaire d'une Licence (B.S.) en astrophysique et d'un Doctorat (Ph.D.) en Astronomie.

    Voici ce qu'il explique à propos des astronomes et astrophysiciens professionnels :

    Source

    En raison des instruments d'observation modernes basés au sol, contrôlés par ordinateurs et utilisant des satellites, les astronomes modernes ne regardent quasiment plus le ciel dans le cadre de leur activité professionnelle. J'ai appris les constellations quand j'étais jeune scout, et non quand j'ai passé mon Doctorat. Certains astrophysiciens ne pourraient pas trouver le Nord pour sauver leur propre vie. Et même lorsqu'il arrive à un astronome de réellement regarder à travers un télescope (un vrai régal, surtout s'il s'agit d'un vieux réfracteur classique sur un campus universitaire ... nous avons eu un 15 pouces si vieux à l'Université du Wisconsin, qu'il avait été, à son début, le plus grand au monde - avec un objectif de Clarke de ce que je me souvienne), l'étroitesse du champ de vision en fait le pire moyen possible pour repérer toute anomalie aérienne. (Je me souviens d'avoir lu quelqu'un prétendant follement que le Telescope spatial Hubble avait été lancé dans le véritable but de permettre à la NASA de garder un oeil conspirateur sur les Ovnis. Le champ de vision de Hubble est si étroit et sa manoeuvrabilité si contraignante que j'aurais du mal à trouver une méthode plus stupide... même si le monde de l'Ufologie regorge d'idées suffisamment aberrantes que je ne saurais imaginer moi-même, sans avoir vraiment essayé !).

    D'autre part, les presque 70000 pilotes de ligne tansportant plus de 3000 passagers et de fret au-dessus des seuls Etats-Unis chaque jour constituent un assez bon réseau de surveillance des cieux. Malheureusement, il est bien connu que le système actuel des rapports officiels rend tout signalement d'observation sortant de l'ordinaire dangereux pour votre carrière dans l'aviation. Pour cette raison, le Dr Richard Haines (un Docteur en Psychologie retraité de la NASA et expert en aviation) et ses collègues ont fondé le National Aviation Reporting Center on Anomalous Phenomena (NARCAP) afin de disposer d' "un centre de déclaration entièrement confidentiel à l'usage des pilotes, opérateurs radar et des contrôleurs du trafic aérien en vue d'obtenir des données scientifiquement valides relatives à une variété de phénomènes aériens non identifiés (UAP, un terme sémantiquement neutre). L'identité de tous les témoins auteurs de rapports seront protégés selon la procédure de recueil des témoignages de l'Aviation Safety Reporting System (ASRS) de la NASA. Les observations visuelles ainsi que les anomalies d'instrumentation du cockpit sont intéressantes comme le sont tous les contacts radar anormaux. La banque de données résultante sera analysée par des équipes professionnelles de façon aussi rigoureuse que ne le fait le National Transportation Safety Board (NTSB) lorsque qu'ils étudient aujourd'hui les accidents aériens et les résultats seront tenus à disposition du grand public. Les rapports peuvent se faire par téléphone (1-800-732-3666), par le site (contact www.narcap.org), ou par courrier: PO Box 140 Boulder Creek, CA 95006".

    Il y a deux motivations pour la création d'un tel centre. Le premier est évidemment de recueillir des données sur la nature, les caractéristiques et la survenue des phénomènes aériens non identifiés. L'autre est de commencer à aborder la question de la sécurité aérienne. Comme l'indique Haines dans un long article sur le site du NARCAP, des incidents liés à des rencontres d'Ovnis (évités de justesse en cours de vol) ont abouti à des manœuvres d'évitement de collisions qui ont causé des blessures à des passagers ainsi qu'à des membres d'équipage. Il y a aussi de nombreux cas d'effets électromagnétiques temporaires ou permanents à bord des avions, qui en ont affecté la navigation, les systèmes de guidage et de contrôle de vol. Je vous invite à communiquer avec le NARCAP si vous êtes suffisamment chanceux (ou malchanceux, vous choisissez) pour avoir rencontré toute "activité Ovni". J'espère à l'avenir, et dans le respect des contraintes de confidentialité, afficher ou mettre en liens sur ce site cerains éléments des rapports du NARCAP.

    retour